Semira, on n’oublie pas

Le 22 septembre 1998, Semira Adamu, était assassiné étouffée sous un coussin par des policiers l’escortant lors de son expulsion du territoire belge. Ce 22 septembre 2022, ne laissons pas cet événement sombrer dans l’oubli.

Bruxelles |

22 septembre 1998, vol Bruxelles-Lomé. Semira Adamu, alors enfermée depuis plusieurs mois au centre de rapatriement 127bis, subit sa sixième tentative d’expulsion. Cette fois encore, elle chante, elle résiste, tente d’alerter les passager.e.s. Les 9 gendarmes qui l’entourent sont déterminés à la renvoyer : « allez, ça va marcher cette fois », peut-on entendre. Ils ont recours à la « technique du coussin ». Au bout de la onzième minute d’étouffement, Semira Adamu meurt. Elle était nigériane, elle avait 20 ans, elle avait fui un mariage forcé.

2022 : le gouvernement belge annonce la construction de 4 nouveaux centres fermés, allant presque jusqu’à doubler la capacité d’enfermement.

Des expulsions continuent de se dérouler à la chaîne, dans la plus grande invisibilité.
Des milliers de personnes continuent de lutter, quotidiennement, pour leur survie, face à la politique raciste, sexiste et coloniale de l’Etat belge.

Ce 22 septembre, ne laissons pas cet événement sombrer dans l’oubli.

La projection du film « À l’usage des vivants » débutera à 19h et sera suivie d’une discussion sur les luttes en cours pour la liberté de circulation et contre les centres fermés et les frontières.

Ni frontières, ni prisons,

Ni oubli, ni pardon ♥

*Entrée prix libre*
*Bar et petite restauration sur place*
*Espace pour les enfants prévu de 18h à 20h*
@ la Pompe, 185 rue royale sainte marie, Schaerbeek


À l’usage des vivants (27’)

En 1998, Semira Adamu, nigériane de 20 ans en séjour dit « irrégulier » sur le sol belge, mourrait étouffée sous un coussin policier alors qu’on tentait de l’expulser. 20 ans plus tard, dans un cri de guerre conjugué au féminin, deux femmes racontent. À travers leurs récits, elles mettent en lumière la réalité des centres fermés destinés à la détention des personnes migrantes, les conditions de ces enfermements, la souffrance des détenu.e.s, les exactions des gardiens et des gendarmes.

Un film de Pauline Fonsny, avec Céline De Vos, Obigaeli Okigbo, Maïa Chauvier

Notes

DANS LES MÊMES THÉMATIQUES

Publiez !

Comment publier sur Stuut ?

Stuut est un média ouvert à la publication.
La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site.
Si vous rencontrez le moindre problème ou que vous avez des questions,
n’hésitez pas à nous le faire savoir par e-mail: contact@stuut.info