Gand : Hakim poussé dans le canal, un meurtre raciste

Hakim Mutyaba, Gantois de 53 ans d’origine ougandaise, est mort à la suite d’une noyade dans un canal du centre de Gand, le dimanche 17 juillet 2022, à 7h du matin. Ce meurtre est survenu pendant que les festivités de la ville « Gentse Feesten » se clôturaient. Hakim a été intentionnellement poussé dans le canal par deux hommes alors qu’il ne savait pas nager. Il s’est noyé avant que les secours ne puissent le sauver.

Flandres | | Collectif : Bruxelles Dévie

À la suite du meurtre, les deux hommes ont pris la fuite dans des directions opposées pour rallier les Pays-Bas afin de minimiser les chances de se faire arrêter. De plus, ils étaient accompagnés de deux autres hommes stationnés dans une voiture durant le meurtre. Ces éléments combinés tendent à prouver qu’il s’agit d’un crime volontaire envers une personne racisée et non d’une « mauvaise blague » qui aurait « mal tourné » comme le média 7 sur 7 ose le supposer [1].

En effet, le site d’information titrait « Hakim mort noyé à Gand : une mauvaise blague fatale ou un crime raciste  . La rédaction a décidé de laisser planer un doute sur un crime dont les éléments communiqués à la presse laissaient déjà entendre qu’il était volontaire. Selon les caméras de surveillance, Hakim rentrait chez lui accompagné de trois hommes [2] qu’il aurait rencontré dans la soirée Deux d’entre-eux ont alors jeté Hakim en le tenant par les bras et les jambes dans le canal. Ils ont ensuite directement pris la fuite.

Si les mêmes conditions avaient été réunies et que les présumés coupables avaient été des personnes racisées, l’article n’aurait certainement pas laissé planer de doute sur le caractère criminel de l’affaire. La suite des évènements vient confirmer la plausibilité d’un crime raciste. Le premier individu a été interpellé aux Pays-Bas. Il a ensuite été placé sous mandat d’arrêt par un juge d’instruction en Belgique et a « joué un rôle actif dans les faits » [3] selon 7 sur 7. Il devait comparaitre la semaine du 7 novembre devant la Chambre du Conseil.

Le second individu a été se rendre à la police [4], il est suspecté de « négligence coupable ». Il avait été placé sous mandat d’arrêt également en Belgique puis libéré par la chambre des mises en accusation, sous condition du paiement d’une caution de 10 000 euros le 28 août 2022. À ce jour, nous n’avons pas trouvé plus d’informations sur ce crime et ses suites, signe du désintérêt quasi total des médias belges à couvrir certains crimes racistes.

Ce traitement de l’information est raciste et il s’accompagne d’un tas d’autres pratiques. Lors de violences policières, par exemple, nombreux sont les médias qui ne mènent pas de contre-enquête et se fient uniquement à la version policière des faits. Autre exemple : la criminalisation systématique des personnes victimes de violences policières, dont le nom, prénom et photo sont salis dans la presse. C’est comme une double peine pour les familles des victimes, qui, en plus de pleurer un proche, sont confrontées au traitement de l’information souvent raciste des médias. Toutes nos pensées vont à la famille d’Hakim.


Lexique
Racisé : * Personne victime de racisation (assignée à une « race » sur base de critères subjectifs) et subissant les discriminations structurelle sur cette base.

Voir en ligne : Bruxelles Dévie

DANS LES MÊMES THÉMATIQUES

Publiez !

Comment publier sur Stuut ?

Stuut est un média ouvert à la publication.
La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site.
Si vous rencontrez le moindre problème ou que vous avez des questions,
n’hésitez pas à nous le faire savoir par e-mail: contact@stuut.info