[Rencontre] Dynamiques des mobilisations sociales en Russie : avant et depuis la guerre

Le vendredi 18 novembre, l’UPJB recevra Karine Clément et Aude Merlin.
L’agression contre l’Ukraine est aussi une tentative de Poutine d’écraser toute opposition politique et sociale en Russie contre son projet de développer un impérialisme qui se revendique ouvertement de la tradition tsariste.

Bruxelles |

Le régime de Poutine a bénéficié d’une popularité réelle pendant la première décennie du XXIe siècle. L’économie a redémarré, impulsée par l’exportation des énergies fossiles et une reprise du contrôle par l’Etat d’un certain nombre d’activités économiques. Le niveau de vie s’est amélioré après dix années de régression terrible. Le régime présentait son nationalisme comme une revanche contre les humiliations subies par la Russie (qu’elles soient réelles ou ressenties).

Le ralentissement de la croissance et l’aggravation des inégalités sociales ont stimulé une opposition du bas, distincte de l’opposition politique libérale, qui s’est exprimée notamment en 2018 par des centaines d’actions contre la réforme des retraites. Cette dynamique sociale a démontré le fossé qui existait entre les masses populaires et l‘oligarchie. Elle a mis fin à l’euphorie d’union nationale autour de l’annexion de la Crimée en 2014

L’agression massive du 24 février contre l’Ukraine s’est d’abord heurtée en Russie à une opposition, très minoritaire et courageuse, de jeunes des grands centres urbains et du mouvement féministe. La résistance du peuple ukrainien a fait échouer la guerre éclair prévue par Poutine. En Russie, la mobilisation partielle décrétée le 21 septembre a suscité des protestations plus nombreuses, en particulier, dans les régions pauvres et de nationalités minoritaires qui payent le plus lourd tribut à la guerre.

L’image d’une Russie unifiée autour du régime s’estompe. Plus de 700.000 citoyens ont quitté le pays dans les deux semaines qui ont suivi l’ordre de mobilisation. A l’intérieur du pays, le recrutement est d’autant plus difficile que les futurs soldats savent qu’ils seront considérés comme de la simple chair à canon, sans grand entraînement ni équipement.

Quelles sont les dynamiques de la mobilisation sociale en Russie ?

Cette question sera abordée par Karine Clément, sociologue française qui a passé la plus grande partie de sa vie adulte en Russie, dans un entretien avec Aude Merlin, chargée de cours en sciences politiques. Tant Karine qu’Aude sont actives dans le Réseau européen de solidarité avec l’Ukraine (RESU).

Karine Clément est sociologue. Elle a travaillé pendant quinze ans en Russie à l’institut de sociologie de l’Académie des sciences. Elle connaît bien le mouvement ouvrier ainsi que différents mouvements sociaux en Russie comme les luttes féministes, pour le droit au logement ou contre le racisme. Elle a été expulsée par le régime de Poutine en novembre 2019 … pour une durée de 10 ans. Elle vient de publier un livre « Contestation sociale à bas bruit en Russie : critiques sociales ordinaires et nationalismes » (Editions du Croquant, 2022).

Elle a également participé à l’ouvrage collectif L’invasion de l’Ukraine. Histoires, conflits et résistances populaires aux côtés de Denys Gorbach, Hanna Perekhoda, Catherine Samary, Tony Wood

Aude Merlin est chargée de cours en science politique à l’Université libre de Bruxelles (ULB), spécialiste de la Russie et du Caucase et membre du Cevipol. Ses principales recherches portent sur les processus politiques et sociaux dans l’espace postsoviétique, notamment sur les conflits du Caucase et leurs conséquences, ainsi que sur la diaspora tchétchène.


Par souci d’organisation, veuillez si possible signaler votre venue à l’adresse info@upjb.be
Tarif : 6 € – Prix membre : 4 € – Tarif réduit (chômeurs, étudiants) : 2 € – Tarif de soutien : 8 €.
Paiement sur place et en espèces.


Cette conférence s’inscrit dans un cycle d’activités de l’UPJB en solidarité avec la résistance du peuple ukrainien contre l’agression russe. Vous pouvez (re)voir certaines de ces activités sur notre chaîne YouTube :
· Conférence d’André Markowicz le 23 septembre « Réflexions sur la guerre en Ukraine » (Vidéo)
· Rencontre avec Hanna Perekhoda et Karine Clément le 8 avril « A l’écoute de la gauche ukrainienne : pour organiser la solidarité contre l’agression russe (Vidéo)

Voir en ligne : Union des Progressistes Juifs de Belgique - UPJB


Anciens évènements

[Rencontre] Dynamiques des mobilisations sociales en Russie : avant et depuis la guerre

 vendredi 18 novembre 2022  20h15 - 22h30
 vendredi 18 novembre 2022
20h15 - 22h30
 UPJB,

 

Rue de la victoire, 51, Bruxelles

Notes

DANS LES MÊMES THÉMATIQUES

Publiez !

Comment publier sur Stuut ?

Stuut est un média ouvert à la publication.
La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site.
Si vous rencontrez le moindre problème ou que vous avez des questions,
n’hésitez pas à nous le faire savoir par e-mail: contact@stuut.info