1er mai de lutte 2022 : Contre les désastres capitalistes !

Bruxelles |

👉 Contre les dĂ©sastres capitalistes : Premier mai de lutte internationaliste !

Le Premier mai est depuis 1886 une journĂ©e de rĂ©fĂ©rence pour les combats des travailleur.se.s du monde entier. En 2022, notre camp social fait face aux multiples crises du capitalisme. Alors que la pandĂ©mie n’est pas encore terminĂ©e, que la catastrophe Ă©cologique empire et se fait sentir dans nos pays, c’est la guerre impĂ©rialiste de Poutine qui vient provoquer un nouveau choc mondial, sur lequel se gavent les spĂ©culateurs : prix de l’énergie, armement, matiĂšres premiĂšres telles que le blĂ© s’envolent, pour le plus grand plaisir des actionnaires. Dans nos organisations et mouvements, la pandĂ©mie a bousculĂ© les pratiques militantes, mais notre colĂšre et notre soif de justice sociale, elles, sont intactes. Nous appelons Ă  ĂȘtre prĂ©sent.e.s dans la rue en ce Premier mai 2022 pour le rappeler, de façon unitaire et combative.

👉 Le capitalisme nuit gravement Ă  la santĂ©.

Deux ans aprĂšs le dĂ©but de la pandĂ©mie, la prĂ©caritĂ© a augmentĂ©. Les sans-papiers se sont heurtĂ©s au cynisme de la Vivaldi qui n’a mĂȘme pas daignĂ© respecter sa parole en donnant des papiers aux grĂ©vistes de la faim de l’étĂ© 2021. Tandis que de nombreux secteurs ont pu accumuler des gigantesques profits et que le nombre de multimillionnaires a fortement augmentĂ©, le patronat et la Vivaldi ont bloquĂ© la hausse, hors indexation, des salaires Ă  0,4% pour 2021-2022. La FEB en veut plus et met la pression pour s’attaquer plus encore Ă  l’indexation automatique des salaires, alors que le coĂ»t de la vie explose. « C’est la crise, braves gens », osent-ils ! La crise pour qui ? Par pour les capitalistes ! La classe travailleuse a vu le salaire minimum rĂ©el baisser depuis 1996 !

Les contraintes ont encore Ă©tĂ© nombreuses jusqu’à prĂ©sent pour nos vies, dans le but d’empĂȘcher l’implosion Ă  court terme des hĂŽpitaux et/ou l’absentĂ©isme de masse dans les entreprises... mais elles n’ont pas empĂȘchĂ© la mort de plus de 30.000 personnes des suites du Covid. Dans les entreprises, on a trop souvent constatĂ© le laxisme patronal sur les mesures de protection. Cette annĂ©e, 212 travailleur.se.s de la STIB luttent encore au tribunal contre leur employeur et pour le droit de retrait. Pendant ce temps, l’isolement social s’aggrave.

La production et la distribution de vaccins et remĂšdes sont une autre facette de la gabegie capitaliste : concurrence entre groupes pharmaceutiques, dans la recherche, le brevetage des produits et des processus, distribution inĂ©gale des vaccins Ă  l’échelle mondiale, laissant les pays du Sud globalement sur le carreau
 Le secteur reste guidĂ© par le profit, mĂȘme quand les mort.e.s se comptent par millions. Les besoins sociaux nĂ©cessitent de lever les brevets sur les vaccins et le contrĂŽle public du secteur, contre le chaos du marchĂ© prĂŽnĂ© par les dirigeant.e.s europĂ©en.ne.s, pour produire et distribuer massivement les vaccins et remĂšdes Ă  travers le monde.

La gestion libĂ©rale et autoritaire a dĂ©lĂ©gitimĂ© la politique sanitaire, installant la mĂ©fiance vis-Ă -vis de cette gestion et offrant un terreau fertile pour des rĂ©cits de dĂ©ni, individualistes, voire complotistes, ce qui a parfois installĂ© des divisions entre des personnes pourtant du mĂȘme camp social.

👉 Les femmes et les soins toujours en premiĂšre ligne

Les femmes sont majoritaires parmi les travailleuses des mĂ©tiers essentiels (soins, enseignement, grande distribution...), elles sont aussi les premiĂšres Ă  avoir fait les frais de la crise : bas salaires, chĂŽmage, risque sanitaire... Ce sont elles aussi qui ont dĂ» effectuer la majeure partie du travail du soin et jongler entre tĂąches mĂ©nagĂšres et travail salariĂ©. Et les violences contre les femmes ont Ă©tĂ© aggravĂ©es avec les confinements. Les enseignant.e.s et Ă©lĂšves n’ont, de leur cĂŽtĂ©, jamais reçu les moyens suffisants pour un travail sĂ»r en prĂ©sentiel ni pour s’adapter au distanciel ! Les systĂšmes de santĂ© sont sous pression extrĂȘme et les travailleur.se.s sont Ă  bout de souffle, malgrĂ© des budgets supplĂ©mentaires gagnĂ©s par les luttes, mais encore loin des besoins.

La crise a mis les femmes en premiĂšre ligne : travailleuses des mĂ©tiers essentiels (santĂ©, enseignement, grande distribution), elles sont aussi les premiĂšres Ă  faire les frais de la crise. Bas salaires, chĂŽmage, risque sanitaire. Avec le confinement, elles sont d’autant plus touchĂ©es par les violences conjugales. Ce sont elles aussi qui ont dĂ» effectuer la majeure partie du travail du soin et jongler entre tĂąches mĂ©nagĂšres et travail salariĂ©. La crise met en avant la situation terriblement inĂ©gale des femmes dans nos sociĂ©tĂ©s.

👉 Notre seule boussole : la lutte collective.

Les mouvements sociaux ont continuĂ©, malgrĂ© des conditions trĂšs difficiles, des restrictions sur les libertĂ©s et le danger sanitaire. Les sans-papiers luttent inlassablement pour leur survie et leur dignitĂ©, pour la rĂ©gularisation ainsi que, avec d’autres, pour le droit au logement. Le mouvement fĂ©ministe a continuĂ© Ă  mobiliser autour du 8 mars et tout au long de l’annĂ©e Ă©coulĂ©e. Le mouvement contre les violences policiĂšres et contre le racisme structurel Ă©galement. Le mouvement syndical et ouvrier se mobilise contre la vie chĂšre et le blocage des salaires et doit reprendre le chemin des luttes et alliances entre autres contre le dĂ©rĂšglement climatique.

Le front commun donne dĂ©jĂ  rendez-vous le 22 avril et le 20 juin. Dans les entreprises, la colĂšre monte. Le secteur des titres-services, notamment, mĂšne un plan d’actions continu pour une vraie hausse des salaires et l’amĂ©lioration des conditions de travail. Les enseignant.e.s aussi restent en action pour arracher de vrais progrĂšs sociaux Ă  la ministre DĂ©sir (PS). Enfin, le mouvement contre la guerre de Poutine en Ukraine se construit : nous devons tou.te.s contribuer Ă  son dĂ©veloppement !

🔥 Nous appelons les travailleur.se.s, leurs organisations syndicales et les mouvements sociaux Ă  faire front et Ă  ĂȘtre en lutte dans la rue en ce Premier mai 2022 contre ce capitalisme mortifĂšre.

Rendez-vous à 11h Place Poelaert le Premier Mai pour battre le pavé des rues de Bruxelles !

➡ Stop Ă  la vie chĂšre : contrĂŽle des prix, nationalisation du secteur Ă©nergĂ©tique et indexation complĂšte des salaires incluant le prix du carburant !
➡ Pour un plan d’action combatif face aux crises capitalistes !
➡ Face au chĂŽmage, rĂ©duction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauches compensatoires !
➡ De l’argent il y en a : pour un salaire minimum de 14€ net/h, la pension à 1500€ net minimum, et la hausse des allocations sociales ! Non à la chasse aux allocataires sociaux !
➡ Stop au sexisme : des moyens massifs pour la lutte contre les violences faites aux femmes !
➡ Stop au racisme, Ă  la rĂ©pression, aux discriminations Ă  l’embauche, au logement et dans le systĂšme scolaire !
➡ Avec ou sans papiers, nous sommes tous des travailleurs/travailleuses : rĂ©gularisation de tou.te.s les sans-papiers !
➡ Accueil digne et inconditionnel de tou.te.s les rĂ©fugiĂ©.e.s : d’Ukraine comme d’ailleurs !
➡ Non Ă  l’agression impĂ©rialiste de Poutine et son armĂ©e en Ukraine, retrait total des troupes russes, pas d’illusions dans l’OTAN, annulation de la dette de l’Ukraine !
➡ Sanctionnons les milliardaires de Russie, pas les travailleur.euse.s, impît de crise sur les grandes fortunes de Belgique !
➡ De l’argent pour les salaires, la sĂ©curitĂ© sociale, la transition Ă©cologique et la culture, pas pour l’armement !
➡ Un toit c’est un droit : baisse des loyers, des investissements massifs dans le logement social, pour la rĂ©quisition des logements vides et la lutte contre les marchands de sommeil !
➡ DĂ©fense des services publics, le patrimoine de ceux qui n’en ont pas : refinancement et renationalisation !
➡ Pour un enseignement public, gratuit, critique et accessible à toutes et tous !
➡ Pour des soins de qualitĂ© accessibles Ă  toutes et tous. LevĂ©e des brevets sur les vaccins et sur la production pharmaceutique dans son ensemble !

🔥 A l’initiative de la CGSP Administrations locales et rĂ©gionales Bruxelles. Premiers signataires de l’appel : FGTB Bruxelles, CGSP ALR Bruxelles, CSC Bruxelles, MOC Bruxelles, Le collectif afghans, La coordination des personnes sans-papiers de Belgique, PSL-LSP, LEF-FGE, Grec.ques solidaires de Belgique, Gauche Anticapitaliste, Jeunes FGTB Bruxelles, Les Equipes Populaires de Bruxelles, Parti Humaniste, FĂ©dĂ©ration de Bruxelles du Parti Communiste.

➡ Vous souhaitez signer l’appel, contactez-nous sur premiermaidelutte@gmail.com
#1ermaidelutte2022


Anciens Ă©vĂšnements

1er mai de lutte 2022 : Contre les désastres capitalistes !

 dimanche 1er mai 2022  11h00 - 16h00
 dimanche 1er mai 2022
11h00 - 16h00
 Place Poelaert,

 

Place Poelaert, Bruxelles

Notes

Une question ou une remarque à faire passer au Stuut? Un complément d'information qui aurait sa place sous cet article? Clique ci-dessous!

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modĂ©rĂ© a priori : votre contribution n’apparaĂźtra qu’aprĂšs avoir Ă©tĂ© validĂ©e par un administrateur du site.

Texte du message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour crĂ©er des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

ARTICLES LIÉS

DANS LES MÊMES THÉMATIQUES

Publiez !

Comment publier sur Stuut ?

Stuut est un média ouvert à la publication.
La proposition d'article se fait Ă  travers l’interface privĂ©e du site.
Si vous rencontrez le moindre problĂšme ou que vous avez des questions,
n’hĂ©sitez pas Ă  nous le faire savoir par e-mail: contact@stuut.info